Le TAG au Grand Palais

Des murs de New York au Grand Palais :

Jusqu'au 26 Avril, les Tags (Tag And Graff) s'échappent des murs du métro, de ceux des voies ferroviaires et des autoroutes urbaines, pour s'installer au Grand Palais, sur les murs bruts « d'entrepôt » de la galerie sud-est, en attente de restauration.



Le monument n'en est pas à sa première insubordination avec son intention actuelle, tout au long du siècle dernier, il a accueilli des expositions innovantes en leur temps; salon de l'automobile, arts ménagers...



Architecte et collectionneur, Alain-Dominique Gallizia, rencontra le premier artiste « tagueur », alors que ce dernier écrivait « amour » sur les murs et les trottoirs. C'est le thème qu'il choisit et proposa aux artistes pour cette exposition.

Ces Tags, qui semblent souvent anarchiques dans la rue, à la fois par les thèmes qu'ils abordent et les surfaces souvent monumentales qu'ils occupent, ici sont plus raisonnablement présentés dans un même format : deux toiles côte à côte de 60 cm de haut et 180 cm de large. À gauche la signature de l'artiste, et à droite sa vision exprimée de l'amour.


Chacune des 300 toiles exposées est une expression différente des plus grands artistes du TAG.
Il aura fallu trois ans à
Alain-Dominique Gallizia pour constituer cette extraordinaire collection d'oeuvres réalisées par les artistes les plus renommés de ce mouvement culturel, des pionniers du métro de New York aux Européens, comme le Français Brando.




Le TAG continuera à exister sur les murs de nos cités, son passage au Grand Palais nous permet sans doute de mieux comprendre l'histoire de ce mouvement, mais aussi, de laisser dans nos mémoires sa trace indélébile.

Archives | Notices légales | Nous contacter | Copyright © 2015
Autres sites meetinggroupe : Le golf avec meetinggolf.fr | le voyage avec meetingglobe.fr | La culture avec meetingcultural.fr | Le monde de l'emploi avec meetingjob.fr